créer un blog ou un site | www.i-citoyen.com | www.i-rhonealpes.com | www.i-grandlyon.com | www.i-lyon.com

Présentation

ARCthéâtre
Actions et Réalisations Culturelles


 





Théâtre
Images
Musique




Vidéo




 


 


 


Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes. France. Europe...


 


Spectacles tous publics, enfants, adultes.


 


Festivals


 


11 rue Burdeau
69001 LYON

Lyon 69001


Tel:
04 78 24 27 95
03 85 26 29 07

www.arcane17.org


 


www.festival-de-bourgogne-du-sud.com


 


 


 




Portable :
06 87 52 28 62

Mail :
bernechifflot@wanadoo.fr


 


martine@chifflot.net


 


 


Nous trouver Nous trouver

Compteur

Depuis le 22-05-2006 :
87872 visiteurs
Depuis le début du mois :
1453 visiteurs
Billets :
54 billets

<< Exposition | Secrètes caravanes Poèmes de Martine Chifflot-Comazzi | Intersections Béatrice BERNE et l'ensemble Kaïros >>

Secrètes caravanes Poèmes de Martine Chifflot-Comazzi

Martine Chifflot et Secrètes caravanes

vues par Jean-Marie AUZIAS (philosophe et journaliste)
 

« Martine Chifflot. Son recueil est intitulé Secrètes caravanes ; très divers, et parfois écrit en anglais, c’est une sorte de collier ; sur le devant : chant de l’obscur, et sur le revers : chants de la patience.

Caravanes sont ici les choses et les gens qui vont à la rencontre : oiseaux de Bellecour, signalant le vol, la hauteur, la vitalité.

L’obscur, c’est le désamour que provoque nécessairement le quotidien.

« De guerre lasse on tait le miracle et le feu et le jour s’habitue à passer quotidien » n’est-ce pas là la condition de tout un chacun ?

Mais le vide ainsi révélé est en quelque sorte une préparation. Il va falloir réapprendre à parler, vaincre cette immense fatigue animale de « l’homme  le terrien  le paradoxe  le tragique ».

Une lueur traverse « Is spring coming ? » (le printemps vient-il ?)

La question n’est pas réponse : elle est pressentiment. L’obscur joue, comme ces navires qui vont traçant «  un grand silence sur la mer ». La poésie est la guette : on veille, quelque chose toujours arrive. Patience, attente, éveil. Chasseresse, le poète est à la fois chaleureuse et aérienne, avide et accueillante. Tout cela se joue sans grandes phrases, dans l’infime, dans l’échancrure, l’entr’aperçu, le clignotement, la lueur d’une fenêtre. Avec Martine Chifflot un rien fait symbole. Je souhaite  [..] des poètes de cette veine. »

Jean-Marie AUZIAS (Le Progrès,1985)

Publié le 03 mars 2008 à 23:03:27 dans Poésie | Commentaires (0) |

Commentaires non autorisés sur ce blog